ECOSYSTEM

We are the fruit of several thousand years of the work of a cosmic and earthly Nature, incredibly imaginative and creative. Man is, obviously, the result of a singular evolution, which continues and which currently positions it, in the history of all species, as the most dangerous predator of all animal creation, putting into endanger all living species (including plants) of the planet Earth. By negligence and self-sufficiency, Man considers himself superior, dissociating himself from the rest of the animal kingdom as if he were no longer part of it, as well as from the ecosystem that has served him as a cradle and which has allowed him to survive during thousands of years, while conquering his planet little by little.

Our memory serves us to program, order, structure, predict, calculate, and solve economic, financial or commercial problems. But we have forgotten that long before us and without us, thousands of living species have lived in total harmony for millions of years. Of course, species died out or mutated well before we came, but these extinctions or mutations occurred over a very long period of time, thousands or even hundreds of thousands of years.

Never had the planetary ecosystem been so quickly and as much endangered as since the human industrial era, that is, in barely two centuries! On its own, the exponential global warming caused by the greenhouse gases produced by the industrialized countries, will apparently cause the ocean level to rise by several tens of centimeters before 2050, or even several meters if the ice melts. Greenland, the Arctic and Antarctica was occurring in a total way. This means the irreversible disappearance by swallowing of all maritime countries or those made up of archipelagos by unprecedented waves of tsunamis of unparalleled scale, thus destroying a large part of the continents.

Before the next 20 years, will we finally act with intelligence but especially with common sense, to remember that the respect and protection of our ecosystem is not a luxury or a simple ethical problem: it is for us of an absolute necessity because it is not only the survival of the animal and vegetable species still alive, but also that of our grandchildren.. 

Nous sommes le fruit de plusieurs milliards d'années du travail d'une Nature cosmique puis terrestre, incroyablement imaginative et créatrice.

L'Homme est, à l'évidence, le résultat d'une évolution singulière, qui se poursuit et qui le positionne actuellement, dans l'histoire de toutes les espèces, comme le prédateur le plus dangereux de toute la création animale, mettant en péril l'intégralité des espèces vivantes (végétaux y compris) de la planète Terre.

Par négligence et autosuffisance, l'Homme se considère comme supérieur, se dissociant du reste du règne animal comme si il n'en faisait plus partie, ainsi que de l'écosystème qui lui a servi de berceau et qui lui a permis de survivre pendant des milliers d'années, tout en conquérant petit à petit sa planète.

Notre mémoire nous sert à programmer, ordonner, structurer, prédire, calculer, et résoudre des problèmes d'ordre économique, financier ou commercial. Mais nous avons oublié que, bien avant nous et sans nous, des milliers d'espèces vivantes ont vécu en totale harmonie pendant des millions d'années. Bien sûr des espèces se sont éteintes ou ont muté bien avant notre venue, mais ces extinctions ou ces mutations se sont produites sur de très longues période de temps, des milliers voire des centaines de milliers d'années.

Jamais l'écosystème planétaire n'avait été aussi rapidement et autant mis en danger que depuis l'ère industrielle humaine, c'est à dire en à peine deux siècles !

A lui seul, le réchauffement climatique exponentiel dû aux gaz à effet de serre produits par les pays industrialisés, provoquera semble-t-il une montée du niveau des océans de plusieurs dizaines de centimètres avant 2050, voire de plusieurs mètres si la fonte des glaces du Groenland, de l'Arctique et de l'Antarctique se produisait de manière totale.

Cela signifie donc la disparition irréversible par engloutissement de la totalité des pays maritimes ou ceux constitués d'archipels par le déferlement sans précédent de tsunamis d'envergure jamais égalée, détruisant ainsi une grande partie des continents.

Avant les 20 prochaines années, allons-nous enfin agir avec intelligence mais surtout avec bon sens, afin de nous souvenir que le respect et la protection de notre écosystème n'est pas un luxe ni un simple problème d'éthique : il s'agit pour nous d'une nécessité absolue car il en va non seulement de la survie des espèces animales et végétales encore en vie, mais également de celle de nos petits-enfants.  




.